Allez-vous me croire si je vous explique qu’il y a une solution possible pour certains patients avec problèmes de type sciatique qui peut fournir des résultats long terme et est associé avec beaucoup moins d’effets secondaires que la chirurgie du dos ? Je vous présente des recherches à propos de la condition sciatique et des conseils que vous êtes libres d’ignorer si vous ne recherchez pas de solution.

VOTRE VIE SANS PROBLÈMES SCIATIQUES

Imaginez ce que votre vie pourrait être si vous n’aviez plus jamais à vous inquiéter de votre condition sciatique ?

On l’imagine, se réveiller le matin rafraîchi d’une nuit de sommeil non interrompue par la douleur et pouvoir se lever du lit sans s’inquiéter des douleurs au bas du dos et irradiations invalidantes à la jambe. On imagine également ne plus avoir à annuler une partie de golf ou autre activité parce que la journée commence déjà avec trop de douleurs.

On comprend que vous aimeriez adresser la cause pour éviter de vivre chaque jour en s’inquiétant de quels mouvements vont aggraver les douleurs au dos et réveiller la brûlure à la jambe…

Il y a quelques années, la chirurgie du dos était considérée comme l’approche standard pour les patients souffrant de douleurs de type sciatique. C’était commun de penser que le fait de passer sous le bistouri aidait à “nettoyer” la colonne vertébrale et aiderait la guérison vertébrale et régler les douleurs sciatiques, mais plusieurs années d’accumulation de témoignages post-opératoires ont permis de révéler que c’est en fait beaucoup plus complexe que cela pour évaluer l’approche qui pourra donner les meilleurs résultats selon le patient.

Les temps ont changé.

La chirurgie a définitivement une place pour les patients qui ont tout essayé sans avoir aucune amélioration subjective, ni objective. Avouons-le, c’est très difficile d’identifier quel groupe de personnes vont pouvoir bénéficier de l’approche chirurgicale. C’est également difficile de prévoir quels patients vont se retrouver avec des effets secondaires suite à la chirurgie… avant de compléter la chirurgie!

Plus on en apprend à ce sujet, plus on en conclut qu’une chirurgie n’est pas sans risques, et n’est définitivement pas sur la “Bucket List” avant d’explorer d’autres options moins invasives.

La douleur de type sciatique affecte de plus en plus de gens (10% de la population mondiale en souffre), ce qui est très alarmant, mais au moins motive la publication de plus en plus de recherches à ce sujet.

Une étude complétée en 2010 et publiée dans le “Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics” présente l’observation que 60% des gens qui n’ont pas observé d’amélioration avec les lignes directrices de recommandations médicales ( analgésiques, modifications au mode de vie, physiothérapie, massothérapie et/ou acuponcture ) ont bénéficié d’une AUTRE APPROCHE avec des résultats.

QUELLE EST CETTE AUTRE APPROCHE?

J’y arrive, mais avant de révéler cette approche, je veux vous expliquer qu’il n’y a que rarement une seule cause à la condition sciatique, dans la plus part des cas, il y a plusieurs facteurs qui y contribuent.

Avec plusieurs causes potentielles de la condition sciatique, le diagnostic et le traitement cette condition sont bel et bien un défi. C’est la principale raison pour laquelle la condition sciatique a la mauvaise réputation d’être une condition très récurrente.

La raison pour laquelle cette AUTRE APPROCHE démontre autant de succès avec les conditions sciatiques possède 2 parties :

1) Cette approche adresse un Problème Primaire sous-jacent dans la structure du corps.

2) La Correction de ce problème contribue à un environnement plus propice à la guérison dans le corps, notamment au niveau des nerfs.

La “Sciatalgie” est un terme qui décrit l’inflammation du nerf sciatique qui mène à une douleur typique “sciatique”. Ce nerf est le nerf le 2ème plus gros nerf, après la moelle épinière, et est formé de 5 plus petits nerfs. Plus précisément, les nerfs L3, L4, L5, S1 et S2 sortent de chaque côté de la colonne vertébrale pour former chacun des 2 nerfs sciatiques qui innervent les 2 jambes respectivement. Le nerf sciatique est non seulement le 2ème plus gros nerf, mais le nerf le plus long du corps, puisqu’il se sent de la région du bassin jusqu’au gros orteil de chaque côté.

La longueur, la complexité ainsi que les nombreuses articulations vertébrales et muscles impliqués avec le nerf sciatique expliquent que la “Sciatalgie” est un vrai cauchemar diagnostic pour les professionnels de la santé qui recherchent la cause. On observe également des examens avec des résultats faux positifs ainsi que des réponses différentes selon les professionnels consultés. Évidemment, on comprend la confusion et la frustration des patients qui ont de la difficulté à s’y retrouver.

La magie de cette autre option vient du fait que la majorité des patients avec douleur “sciatique” ont une chose en commun….

1) Un problème avec leur colonne vertébrale
2) De l’irritation, inflammation et/ou interférence au niveau des nerfs
3) Des problèmes articulaires généraux

Faites-vous une faveur. J’ai besoin que vous réalisiez un test pour moi.

 

Je suis sérieux !
Levez-vous debout.
Assurez-vous d’avoir les pied écartés à la largeur des épaules et effectuez un squat.
Gardez vos talons au sol.
Quoi que vous fassiez, ne levez pas vos talons du sol.

Essayez de squatter jusqu’en bas, jusqu’à ce que vos fesses touchent vos talons ; sans vous retenir sur quoi que ce soit.

Avez-vous été capable de le faire ?
Avez-vous eu besoin d’assistance ? Oui, se retenir sur un point d’appui est une assistance…
Y a-t-il eu douleur au niveau des hanches, du bas du dos, des genoux, des chevilles ?
Est-ce que vos orteils se sont tournées vers l’extérieur ?
Est-ce que vos talons se sont soulevés du sol?

Si vous espérez réduire votre douleur sciatique, et possiblement vous débarrasser de votre douleur sciatique, vous devez adresser ces problèmes et très possiblement d’autres problèmes structuraux qui nuisent à votre capacité de guérir.

JE VEUX EN SAVOIR PLUS!

Cette autre approche a le potentiel de vous aider avec vos problèmes de mobilité, vos problèmes vertébraux ainsi que l’irritation au niveau de vos nerfs.

Cette “autre approche” est la Restauration Neuro-Structurelle.

Non, ce n’est pas une approche chiropratique “traditionnelle” ( qui est une approche approuvée et reconnue pour la diminution des symptômes pour une certaine période de temps, pour certaines conditions, bien entendu ). La Restauration Neuro-Structurelle est une approche aux multiples facettes qui vise à Corriger, Solidifier et Maximiser votre colonne vertébrale et sa force tout en réduisant l’irritation et/ou l’interférence au niveau des nerfs qui sont en relation avec les structures vertébrales.

Cette approche adresse chacun des 3 problèmes qui affecte toutes les personnes qui souffrent de sciatalgie ou “douleur sciatique”, soit :

  • Problème vertébral
  • Irritation et/ou Inflammation et/ou Interférence nerveuse
  • Problème de mobilité articulaire

L’étape 1 est très simple. Déterminer à l’aide d’un Examen Neuro-Structurel exhaustif SI un problème au niveau de votre colonne vertébrale, de vos nerfs et/ou de vos articulations est présent.

Plus besoin d’essayer de deviner quelle est la cause de vos problèmes. On peut déterminer une fois pour toute si un ou plusieurs de ces problèmes vous affectent et SI nous pouvons vous aider ou non.

Si vous désirez voir si la Restauration Neuro-Structurelle peut être une solution potentielle pour vous, cliquez ici pour réserver votre Étude de Cas gratuite avec l’un de nos Docteurs en Chiropratique.

Oui, c’est sans risque ni coût, vous avez bien lu.

Cliquez ici pour prendre rendez-vous pour votre Étude de Cas GRATUITE